BIRRI ET FRÈRES

Lino et Bruno Birri

AU CŒUR DU MARCHÉ JEAN-TALON DEPUIS
PLUS DE 50 ANS !

par / Lundi, 04 Juin 2018 / Publié dans FANZINE, NOS PRODUCTEURS LOCAUX

NOM

Lino Birri

 

ENTREPRISE

Birri et frères, maraîchers et pépiniéristes.

 

PRODUITS

Produits frais du terroir cueillis tous les jours, plants et semences.

 

FONDATION DE L’ENTREPRISE

Lino-BrunoBirri-jr

Lino et Bruno Birri

On ne peut les manquer. Les frères Birri occupent un vaste espace au cœur du marché Jean-Talon, ils ont tous deux les yeux « ébleuissants », et comme tous les membres de leur équipe, ils portent une salopette ou des pantalons vert forêt. Maraîchers et pépiniéristes, ils vendent aussi des semences et — surtout l’hiver — des produits de serre.

Ils sont arrivés à Montréal alors qu’ils étaient tout petits. Leur père cultivateur, Giuseppe Birri, avait quitté l’Italie du Nord quelques années auparavant, y laissant femme et enfants, le temps de s’installer dans le « Nouveau Monde ». Lino avait cinq ans quand, avec sa mère Nerina, ses deux frères et sa sœur, ils sont venus rejoindre Giuseppe, qui s’était trouvé une place comme… poseur de terrazzo. On était au début des années soixante, c’était la mode ! Quelques années plus tard, Giuseppe s’est blessé, ne pouvant plus travailler durant deux ans. Bruno et Lino n’ont eu d’autre choix que de mettre l’épaule à la roue pour aider la famille. Habitant au cœur de la Petite-Italie (sur la rue Dante, puis sur la rue Drolet, avec vue sur le marché), l’occasion était évidente. Ils ont rempli des sacs de pommes de terre pour le compte d’un certain Monsieur Desgroseillers. Ça n’a pas duré longtemps…

Après leurs études, ils ont commencé à travailler ailleurs qu’au marché pendant la semaine, et le weekend, à vendre des produits qu’ils achetaient de producteurs locaux. Ceux-ci, trop occupés à cultiver leurs terres, étaient ravis de pouvoir compter sur eux. Autrefois, pour avoir un kiosque au marché, il fallait être cultivateur… jusqu’à ce que certains cultivateurs « tenanciers » abusent de leur privilège en sous-louant leur espace à d’autres personnes, qui sous-sous-louaient à leur tour… et ainsi de suite. Vers la fin des années 70, la Ville de Montréal a mis un terme à cette magouille, et a octroyé des permis aux personnes qui occupaient des kiosques — quel que soit leur titre. C’est ainsi que les frères Birri se sont retrouvés avec deux kiosques, dans un lieu de choix, en plein milieu du marché. Ils y sont depuis plus de quarante ans.

 

FORMATION

Vers le milieu des années 80, Lino et Bruno ont décidé qu’ils deviendraient producteurs, et ils ont acheté des terres pour les cultiver. « Nos connaissances, on les a acquises au fur et à mesure de l’ouverture du marché sur le monde », raconte Lino. « Nos clients n’étaient plus exclusivement français, anglais ou italiens, ils venaient d’Asie, du Moyen-Orient, d’Amérique du Sud, etc. On a ensuite commencé à développer notre clientèle de restauration. Cette explosion de nouveaux besoins a été très enrichissante pour nous, on s’est lancés dans la production de nouveaux légumes, et dans la redécouverte de légumes depuis longtemps oubliés ».

Bruno Birri, c’est l’expert en légumes, et Lino l’as de la clientèle. Ensemble, ils ont ainsi redonné leur noblesse à la roquette, à la tomate Héritage et au concombre amer, pour ne nommer que ceux-là.

Aujourd’hui, la formation, c’est crucial pour les Birri. Il faut flâner quelques minutes au kiosque un samedi ou un dimanche matin pour le constater. Lino et Bruno sont passés maîtres dans l’art de recevoir leurs clients (en français, anglais ou italien), ou de les confier à d’autres membres de leur équipe avec de précieuses recommandations : « Attention aux feuilles, elles doivent être complètes et vert tendre… N’oublie pas de dire à la cliente de ne pas couper les fleurs trop vite… Explique-lui que ce ne sont pas des échalotes, mais des tiges d’ail et que les racines se mangent… » Le tout avec sourire et douceur.

 

ÉTINCELLE DE DÉPART

Lino se souvient comme si c’était hier du jour où Bruno et lui ont décidé de devenir eux-mêmes producteurs maraîchers. « C’était comme si on renouait avec nos racines, celles de nos ancêtres en Italie du Nord. Aujourd’hui, nous vendons nos propres produits, mais nous travaillons aussi très étroitement avec une dizaine de producteurs locaux qui cultivent pour nous parmi les meilleurs produits au Québec ».

 

LES PLUS GRANDS DÉFIS

Trouver une main-d’œuvre qui puisse servir la clientèle avec autant d’attention qu’ils le font est un grand défi pour les frères Birri. Ils y arrivent, mais ce n’est pas facile. « Nos employés sont triés sur le volet », explique Lino.

 

fils

Étienne Filion

LES PLUS BELLES SURPRISES

Comme si ça se pouvait, les yeux de Lino deviennent encore plus bleus lorsqu’il parle des liens précieux que lui et son frère ont tissés avec les plus grands chefs de plus de 100 restaurants de la région montréalaise. « Notre travail est tellement complémentaire, c’est passionnant d’échanger avec eux, de partager nos découvertes et les leurs ». Les chefs chez Les Enfants Terribles font partie de ceux qui ont la chance de collaborer avec ces deux passionnés des produits du terroir.

 

INSPIRATIONS

« La famiglia ! Mes ancêtres, certainement. Mes parents, qui ont travaillé si fort. Notre famille du marché Jean-Talon est grande, elle compte non seulement un grand nombre de Birri, mais il faut également compter tous ceux qui travaillent avec nous, employés, producteurs, voisins du marché, clients… Ils font tous partie de la famille ! »

 

ASPIRATIONS

« Continuer sur notre erre d’aller, découvrir de nouvelles façons de cultiver les légumes, découvrir de nouveaux légumes, c’est ça qui est notre véritable moteur ».

 

DISTINCTIONS ou FAITS MARQUANTS

Interrogé sur les prix ou distinctions qu’il aurait reçus, Lino se tourne vers tous ceux et celles qui sillonnent les allées de ses kiosques ou encore qui attendent la fin de cette entrevue pour lui demander quoi planter dans leur potager : « C’est ça, mon prix !!! Ma clientèle qui revient chaque année ».

 

PLAT PRÉFÉRÉ

La polenta, certo !!

 

ENFANT TERRIBLE DEPUIS 2010

tomates Birri

Site Web : birri.ca/

Facebook : facebook.com/birrietfreres

Instagram : instagram.com/birri.ca

Crédit photos : Hélène Laurendeau

HAUT