DISTILLERIES CIRKA

À deux pas du Canal Lachine

DU GRAIN À LA BOUTEILLE, CHAQUE DÉTAIL COMPTE !

par / Mardi, 03 Juillet 2018 / Publié dans FANZINE, NOS PRODUCTEURS LOCAUX

NOM

Paul Cirka, président et maître-distillateur (au centre, sur la photo en haut de cette page).

 

ENTREPRISE

Distilleries Cirka

 

PRODUITS

Spiritueux de qualité supérieure : la vodka Terroir, le gin Sauvage et le GIN375. Et bientôt (dans environ 18 mois), une série de whiskys qui « font leur temps » dans les barriques, comme il se doit. La loi canadienne exige que le whisky ait été vieilli en fûts pendant au moins trois ans pour se qualifier à titre de whisky canadien.

Cirka Gin Sauvage Vodka Terroir
 

FONDATION DE L’ENTREPRISE

Distilleries Cirka a commencé ses activités en 2015. Paul Cirka se joint à ses amis JoAnne Gaudreau et John Frare pour faire l’acquisition d’un bâtiment pouvant accueillir des alambics. John, entrepreneur général, connaît bien le secteur agroalimentaire, ce qui leur sera précieux.

Dès la fin de 2016, la vodka Terroir est vendue en importation privée aux bars et restaurants, notamment aux restaurants Les Enfants Terribles. Les produits actuellement offerts aux consommateurs sont des spiritueux blancs (en attendant que les whiskys Cirka fassent leur entrée !), disponibles au Québec, en Nouvelle-Écosse, en Alberta et depuis peu, en Ontario.

La distillerie Cirka a une approche unique ; elle fabrique ses spiritueux du grain à la bouteille : cuisson de grains, fermentation, distillation et embouteillage. Les bases d’alcools sont distillées sur place, en utilisant des céréales sans OGM de producteurs locaux.

 

FORMATION

Paul Cirka, maître-distillateur et fondateur de la distillerie qui porte son nom, a vécu plusieurs vies. Après une formation scientifique, il a notamment été architecte paysager, avant d’intégrer l’univers de la haute technologie, ce qui l’a emmené de Londres à Montréal il y a une quinzaine d’années, pour se joindre à une « start up ».

Il a alors envie de changement : « Je voulais reprendre mon souffle après des années de travail dans un secteur excessivement compétitif », explique Paul.

Pendant les deux années précédant le début des activités de la distillerie, Paul Cirka a parcouru l’Amérique du Nord, accumulant des centaines d’heures de formation auprès de distillateurs artisanaux de tout acabit, « des gens très expérimentés », précise-t-il.

 

ÉTINCELLE DE DÉPART

« Je me souviens d’être à Londres, en train de boire un whisky Caol Ila (prononcer coul-ila), un nom gaélique), un whisky fabuleux fabriqué par une très ancienne distillerie qui se trouve sur l’île d’Islay, au large des côtes britanniques, en Écosse. Je savourais ce moment — et ce whisky ! – en me disant que c’était vraiment incroyable qu’un spiritueux puisse évoquer tant de sensations et de sentiments différents… J’ai compris ce jour-là que j’étais beaucoup plus un amateur de spiritueux qu’un amateur de vin, et qu’il fallait que je me rapproche de cette industrie ».

 

LES PLUS GRANDS DÉFIS

« La fidélisation de la marque, car le consommateur a aujourd’hui beaucoup de choix. Il faut nous faire connaître, non seulement à Montréal, mais partout au pays et dans le monde. Bâtir une marque à l’échelle internationale est un grand défi pour une petite fabrique comme la nôtre, qui ne dispose pas des moyens des grandes entreprises ».

« Si l’industrie de la distillerie artisanale était un mouvement “nouveau” il y a encore quelques années, ce n’est plus le cas. Notre secteur est devenu très compétitif ».

 

LES PLUS BELLES SURPRISES

« En entrant dans le monde des microdistillateurs, j’ai découvert des gens extraordinaires, toujours prêts à partager leur passion et leurs connaissances. Tout un choc pour quelqu’un comme moi qui venait de passer 15 ans à travailler dans le monde de la haute technologique où tout est secret ! ».

« Une autre belle surprise : notre vodka a obtenu quelques médailles d’or dans un concours avant même que nous ne l’ayons mis sur le marché ! Nous n’y participions que pour “tâter le terrain” avec notre produit, et avons été surpris — et enchantés ! – d’être parmi les lauréats ».

 

INSPIRATIONS

Amateur de spiritueux depuis toujours, Paul Cirka est également féru d’histoire. Il se lance dans le récit du London Dry Gin qui, étonnamment, est originaire de Hollande et non d’Angleterre ! Cette appellation n’a aucune connotation géographique.

CIRKA GIN 375

La petite histoire du London Dry Gin : Le « genever » (appelé ainsi en raison de sa composition de genièvre) était une concoction médicinale utilisée en Hollande, au 16e siècle. Le genièvre avait, pensait-on, des qualités antibiotiques. Devenu ensuite une boisson « de tous les jours », il connaît quelques adoucissements (il avait à l’origine la texture d’un malt très épais) au fil du temps. L’amirauté britannique étant venue prêter main-forte à la Hollande qui se battait contre le reste de l’Europe, les Hollandais font cadeau d’une large cargaison de leur « genever » aux Anglais, et c’est ainsi que la célèbre boisson se retrouve à Londres. Les Britanniques ont eu tôt fait de l’améliorer, changeant la base de malt par une base de blé, plus légère, puis ils y ajoutent du sucre, pour le rendre plus « agréable ». La recette avait tellement changé, qu’on désignait cette (nouvelle) boisson par « Old Tom Gin », soit un gin plus sucré que le London Dry Gin, mais plus sec que le « genever » hollandais.

Inspiré par cette histoire, Paul Cirka a eu l’idée de recréer un « Old Tom Gin » (le GIN375), mais cette fois, avec des produits du Québec. « On s’est dit que plus personne ne faisait de gin sucré… et l’idée était lancée. Nos gins contiennent des aromates d’ici, notamment du genièvre, de la menthe sauvage, des canneberges et des cerises, et un miel fabuleux fabriqué dans les Laurentides, qui leur donnent leur touche “Old Tom” ».

 

ASPIRATIONS

Bâtir une marque à l’échelle internationale. Mais le quotidien de Paul Cirka est désormais celui d’un microdistillateur, et son plus grand plaisir est celui de faire connaître ses produits aux gens qui lui rendent visite. « Nous sommes très fiers de ce que nous faisons ».

 
Solstice Les Enfants Terribles

FAIT MARQUANT

« La recette concoctée par Maximilliano, chef mixologue chez Les Enfants Terribles, avec notre gin Sauvage ! »

Le « Solstice » :

  • Gin Cirka Sauvage
  • Liqueur de rhubarbe Sivo
  • Jus de citron
  • Sirop de fleur de sureau
  • Blanc d’œuf

 

PLAT PRÉFÉRÉ

« La pieuvre grillée au B.B.Q. (celle chez Les Enfants Terribles est excellente) ».

 

ENFANT TERRIBLE DEPUIS 2016

 

Site Web : cirka.ca/

Facebook : facebook.com/cirka

Instagram : instagram.com/cirkadistilleries

HAUT