FERME GASPOR

La ferme

UN PORCELET LOCAL
DE RENOMMÉE INTERNATIONALE

par / Lundi, 07 Janvier 2019 / Publié dans FANZINE, NOS PRODUCTEURS LOCAUX

NOMS

Alexandre et Nicolas Aubin, Bernard Giguère, copropriétaires

 

ENTREPRISE

Gaspor, ferme familiale

 

PRODUIT

Un porcelet exclusivement nourri au lait, sans antibiotiques ni hormones de croissance, dans des conditions respectueuses de l’animal.

 

FONDATION DE L’ENTREPRISE

Famille Aubin ferme Gaspor

Il fut un temps où les membres de la famille Aubin étaient éleveurs de porc conventionnels. L’élevage du porcelet occupant une place de plus en plus importante dans les activités de la ferme, les « jeunes », Alex et Nicolas, ont décidé de s’y consacrer. Aujourd’hui, ils sont copropriétaires de la ferme Gaspor avec Bernard Giguère, et ne se consacrent qu’à l’élevage de porcelet, dans les Basses-Laurentides. Leurs parents, Céline Brosseau et Marc Aubin, mettent encore l’épaule à la roue, de même que 17 autres employés qui font de cette entreprise un succès qui se déploie au Canada, aux États-Unis, dans les Caraïbes et au Japon, où les plus grands restaurants, hôtels, chaînes spécialisées et boucheries fines partagent ces produits d’exception.

Traités aux petits oignons
Chez Gaspor, tout le soin possible est apporté à l’élevage. La recette du lait dont ces petits cochons sont nourris exclusivement est équilibrée et possède tous les éléments indispensables à leur croissance, assurant à la viande une tendreté, une saveur et un goût uniques. Le bien-être de chaque animal est assuré à chaque étape de la production, ce qui leur a valu l’accréditation Assurance qualité canadienne (AQCMD), qui témoigne de la salubrité des aliments et des méthodes d’élevage respectueuses du porcelet.

De la Saskatchewan à la Gaspésie (puis aux Basses-Laurentides…)
Mais pour la petite histoire, tout a commencé au moment de la Seconde Guerre mondiale, à l’autre bout du pays. Le jeune Norbert Aubin, fils d’un fermier de la Saskatchewan, n’avait pas échappé à la conscription et s’était rendu à Montréal en vue de son départ imminent vers l’Europe, pour combattre auprès de l’armée canadienne. Sauf que l’Allemagne a capitulé, le 7 mai 1945. Il a alors choisi de se rendre en Gaspésie où il a connu sa femme Raymonde, à Bonaventure. Ramenant une partie de la Gaspésie avec lui (sa femme), Norbert s’est ensuite établi près de Montréal. Son fils Marc, voulant renouer avec la tradition familiale Aubin de l’agriculture, s’est inscrit en agronomie à Saint-Hyacinthe (en vue de faire de l’élevage et de la production de cochons), en même temps qu’une certaine Céline Brosseau s’inscrivait en horticulture… et dont le père avait fondé une rôtisserie de poulet qui rivalisait à l’époque avec les rôtisseries St-Hubert. Ils se sont mariés et sont partis en voyage de noces en Espagne. Et c’est là que le coup de foudre s’est produit entre la famille Aubin et ce qu’ils appellent « la culture culinaire » ! « Au Québec, on était habitués à une production de masse dans le domaine du porc… Mes parents ont découvert qu’il pouvait exister un lien réel entre le producteur et le consommateur, qu’une production pouvait se faire à petite échelle, et que cela se reflétait immédiatement dans la saveur du produit », raconte Alex Aubin. Marc Aubin et Céline Brosseau ont donc construit une ferme dans les Basses-Laurentides, fait de l’élevage traditionnel de porcs pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de s’adonner à leur passion, le porcelet de lait, destiné à 90 % à la restauration.

And the rest is history, comme on dit en bon français.

 

FORMATION

Nicolas a un baccalauréat en administration de l’Université Laval, Alex a une technique en gestion/exploitation d’entreprises agricoles du Cégep de Joliette.

 

ÉTINCELLE DE DÉPART

Élevés sur la ferme, Alex et Nicolas Aubin n’ont pas à chercher loin quelle a été l’étincelle de départ de leur aventure avec le porcelet. « Nous avons eu la chance de grandir entourés d’amour, de nos parents et de travailleurs qui aujourd’hui font partie de la famille, entourés d’animaux, aussi. C’est une vie de rêve que Nico et moi avons tenté de reproduire, c’est simple ! ».

 

LES PLUS GRANDS DÉFIS

La découpe, la mise en marché et la distribution sont entièrement réalisées par Gaspor. Cela permet d’offrir aux clients plusieurs coupes adaptées à leurs besoins tout en assurant la constance de la qualité des produits. Mais là réside aussi un très grand défi auquel doivent faire face les éleveurs : celui de faire en sorte que tous les morceaux des porcelets soient vendus, pas seulement les fesses !

 

LES PLUS BELLES SURPRISES

L’accueil des chefs de restaurants, qui a permis l’essor et le succès de l’entreprise.

 

ASPIRATIONS

Alex Aubin est très heureux. Il se dit tout à fait satisfait de sa vie et de la façon dont se déroulent les choses, à la ferme Gaspor. Son aspiration ? Que ça continue ainsi ! Il faut dire que le porcelet de lait Gaspor est remarquable. Il possède un persillage beaucoup plus généreux que les autres produits porcins. Son gras est plus blanc et plus ferme. Après la cuisson, il conserve un aspect plus crémeux et garde une belle consistance en bouche. Son « gras » offre les mêmes similarités que le gras de canard et l’huile d’olive du point de vue des composés en acide oléique, en oméga-3 et en oméga-6. Et que dire de sa mince peau, tellement croustillante, colorée et si savoureuse !

 

FAIT MARQUANT

La rapidité avec laquelle le porcelet de lait Gaspor a fait son chemin auprès du public gourmand, d’abord au Québec et par la suite au-delà des frontières ! « Un merci tout particulier à Simon, chez Les Entants Terribles, dont les conseils et la collaboration ont été instrumentaires dans notre envol », tient à souligner Alex Aubin, reconnaissant.

 

PLAT PRÉFÉRÉ

Alex adore manger de la pieuvre, Nicolas, quant à lui, aime le homard. Décidément, leurs origines gaspésiennes transparaissent, malgré l’univers « porcin » dans lequel ils évoluent ! Mais le troisième copropriétaire, Bernard, préfère le steak au poivre.

 

ENFANTS TERRIBLES DEPUIS 2018

Site Web : gaspor.com

Facebook : facebook.com/fermesgaspor

HAUT